Vous boudez la télévision ? Voici ce que vous ratez

31/12/2018

 

 

La télévision est aujourd'hui présente dans la plupart des foyers et est perçue comme un média populaire. Un média facile d'accès et d'usage, contrairement à d'autres plus récents comme l'ordinateur ou la tablette, qui peuvent sembler difficile d'adoption pour certaines personnes.

Malgré la démultiplication des chaînes ces dernières années, se comptant aujourd'hui en centaines, la télévision apparaît comme un média trop limité en comparaison à l'Internet. Quelques grandes émissions et journaux télévisés accaparent la plus grande partie de l'audimat. L'ambition hégémonique de ces grandes chaînes donne l'impression d'un média à point de vue unique : rappelons à ce propos que France 2, 3, 4, 5, France O et France Info font partie du même groupe. Quant aux autres grandes chaînes, elles sont aussi incluses dans des groupes : les groupes M6, Canal, TF1, etc.

D'après le site Médiamétrie, les chaînes les plus regardées en 2017 étaient TF1 (20%), France 2 (13%), M6 (9,5%) et France 3 (9,1%). Les écarts d'audience pour ce podium sont déjà importants, mais au-delà de ça, toutes les chaînes en dessous obtiennent des audiences inférieures à 3%, et inférieures à 1% pour les chaînes hors TNT. Autant dire que la variété des sources n'est pas dans les habitudes de consommation de la télévision. Il s'agit plutôt d'un média usuel, que l'on utilise pour suivre des émissions quotidiennes.

 

Or, depuis quelques années, certains ont décidé d'abandonner leur poste de télévision. D'autres l'ont jeté sans en racheter, d'autres encore le laissent dans le salon sans jamais l'allumer. On préfère le streaming qui offre un choix illimité de films, les poadcasts qui varient les points de vues allant de l'amateur au professionnel, et on revient vers l'information écrite plutôt que le journal télévisé.

En chiffre, on constate la perte d'environ 3 millions de téléspectateurs sur une dizaine d'années. D'après une enquête Télérama, la meilleure audience de 2008 rassemblait 13,2 millions de téléspectateurs, pour 10,6 millions en 2017. Et d'après une enquête de l'Insee en 2017, l'âge des téléspectateurs a augmenté : les jeunes abandonnent de plus en plus la télévision pour les smartphones. La télé tente donc de s'adapter en proposant des émissions qui reprennent les codes des jeunes et de l'Internet, avec des contenus tels que Brut que l'on retrouve sur les réseaux sociaux et sur France Info.

La télévision demeure un média amplement consulté, mais il est boudé par une partie de la population qui espère trouver mieux sur les nouveaux médias.

 

Pourtant, la télévision n'est pas si monotone qu'elle nous a laissé le croire, et elle offre encore aujourd'hui un vivier d'émissions riches et variées, adressées à des publics multiples et sur des sujets divers, pour qui sait fouiller les programmes à toute heure.

En voici un palmarès non exhaustif.

 

 

 

1) COUPS DE CŒUR

 

Flash Talk et En voiture Citoyens

 

Je commencerais par ces deux programmes, car il s'agit pour moi de deux exemples où la télévision a su s'adapter à son époque.

Deux émissions hybrides qui empruntent à l'Internet pour réinventer la télévision. L'opinion du public est placée au centre, en dehors des plateaux télévisés qui encadrent la parole des invités ou des témoins. Les caméras sont toujours présentes aux yeux des invités et peuvent limiter leurs dires. Mais les individus sont interrogés en tant qu'anonymes et ne représentent que leur cas personnel.

 

D'un côté, Flash Talk, émission diffusée sur plusieurs chaînes, dont LCP, France Info, et France O, et présentée par Sonia Chironi et Raphäl Yem. Dans des lieux publics, ils interrogent des anonymes, des personnalités et des spécialistes sur des questions de société qui touchent beaucoup d'entre nous, tel que l'égalité homme/femme, le véganisme, l'argent, la prostitution, les discriminations, etc. La particularité de l'émission : elle varie les points de vue en délégant une partie du tournage de l'émission à des personnes du public chargées de filmer avec des smartphones, ainsi qu'en faisant intervenir des tweets d'internautes, ou en proposant des documents humoristiques ou culturels pour illustrer les propos.

L'émission a su trouver le juste équilibre pour tirer profit des nouvelles technologies et des nouvelles manières de communiquer afin de se rendre plus moderne et plus adaptée aux nouveaux publics, sans pour autant tomber dans le cliché de « l'émission de jeunes » .

Les débats sont riches et permettent de recueillir des avis variés sur les questions soulevées, même si l'émission n'échappe pas au traditionnel débat entre partis opposés sur une question de société, qui mène souvent à la dispute sur le plateau.

 

 

 

 

 

De l'autre côté, En voiture Citoyens, diffusée sur LCP, a été créée durant la campagne présidentielle de 2017. La journaliste, Ludivine Tomasi, questionne les préoccupations du quotidien des Français à travers l'expérience de ses co-voyageurs. Elle lance des débats ou les laisse parler entre eux. La mise en scène est sobre, l'émission est tournée avec des moyens limités : quelques caméras placées dans la voiture cadrent sur les voyageurs et permettent de se concentrer sur les propos tenus. Cette simplicité donne une impression de témoignages « bruts », qui ne seraient pas déformés par une réalisation trop contrôlée en plateau.

 

 

 

 

 

 

 

Nus et Culottés et J'irai dormir chez vous

 

Aujourd'hui bien connu, le principe des documentaires de voyage filmés en caméra-épaule connaît un franc succès. Les plateformes de vidéos sur Internet regorgent de ces documentaires, réalisables par quiconque voyage et possède une caméra. Ils permettent au public de se mettre directement dans la peau du voyageur, et de vivre ses expériences avec lui.

Ce type d'émission télévisée regroupe deux grands principes attractifs indémodables : la soif d'exotisme et l'identification au héros qui réalise de grandes choses à notre place. Car en effet, ces deux émissions reposent sur un même problème : des backpackers partent en voyage avec un objectif à priori irréalisable, sans rien d'autre qu'un petit sac à dos, et font appel à la solidarité pour dormir, manger, visiter, voire s'habiller.

 

Nus et Culottés, diffusé sur France 5, est tourné en France et dans les pays frontaliers. Nans et Mouts, deux jeunes voyageurs, démarrent leur voyage nus dans la nature, et définissent une ville ou un pays à atteindre avec un objectif souvent farfelu. Au fil de leur voyage et de leurs rencontres, ils parviennent à recueillir des vêtements, à manger et à trouver un toit pour dormir, mais refusent systématiquement l'argent. L'émission est centrée sur les rencontres humaines, et la solidarité qui peut se créer lorsque l'on refuse de passer par le système monétaire.

Sorte de Into the Wild de la télévision française, Nus et Culottés surfe sur la vague des backpackers et du couch-surfing. L'exotisme ici ne réside pas tant dans les destinations choisies mais dans les difficultés du défi : nus et sans argent. Si les réalisateurs s'imposent sûrement une trame à suivre avant le tournage, l'émission subit quand bien même le hasard du sort et des rencontres, et provoque des situations drôles et touchantes.

 

 

 

 

 

Vous avez sans doute déjà regardé J'irai dormir chez vous, diffusé sur plusieurs chaînes dont France 5, mais je pense qu'il est bon de le citer dans ce classement. Dans chaque épisode, Antoine de Maximy part seul avec son sac à dos et ses deux caméras, vers des destinations exotiques. La réalisation laisse plus de part au raté : quand Nus et Culottés semble toujours réussi, Antoine de Maximy n'hésite pas à avouer ses défaites et déclarer au cours de l'émission qu'il va payer un hôtel pour ne pas dormir dehors cette nuit. Mais tant qu'il le peut, il essaie de manger et dormir chez l'habitant.

Les destinations choisies le confrontent souvent à la barrière de la langue et aux différences culturelles : villages amérindiens, campagne chinoise, Burning Man, etc. Le devenir de chaque épisode semble encore plus incertain, et certains d'entre eux s'achèvent sans qu’Antoine de Maximy n'ait réellement pu achever son voyage.

 

 

 

 

 

2) ÉMISSIONS CULTURELLES

 

Si l'Internet offre un choix illimité de ressources culturelles, la télévision offre quant à elle son lot de références. Certes, vous me direz, certaines séries sont diffusées en boucle depuis les années 1980. Mais c'est comme pour l'Internet, il faut prendre le temps de fouiller.

Rien que pour les films, les chaînes de télévision sélectionnent les grands succès et les nouveautés, qui sont parfois présentées dans leur contexte historique et cinématographique dans des introductions commentés, comme sur Arte et France 5. Si vous êtes à court d'idées de films, autant vous laisser porter par les propositions télévisuelles, qui en plus, vous évitent les streaming de mauvaises qualités et limités dans le temps, et vous offrent les choix de VO ou VF.

 

Entrée libre

 

Pour les émissions culturelles, la référence en la matière est, à mon goût, Entrée libre. Tous les soirs de la semaine à 20h30 sur France 5, un palmarès des actualités culturelles de la semaine est présenté : cinéma, expositions, théâtre, musique, mode, art, littérature, etc. Si vous n'avez pas les moyens d'assister à toutes les représentations culturelles ou de vous déplacer sur Paris, c'est la bonne émission pour se tenir informé et découvrir de nouvelles références ou des grands classiques.

 

Alcaline, Tracks et France O

 

Côté musique, je vous propose trois émissions centrées sur la découverte de groupes et de titres, pour ceux qui ont un grand appétit d'exploration musicale :

-Alcaline de France 2, un format court pour les sorties musicales tendances

-Tracks de Arte, pour des reportages musicaux auprès des artistes alternatifs d'aujourd'hui

-et les émissions musicales de France O, tel que Creole soul ou Combo, qui proposent concerts et interviews centrés sur la black music.

 

 

 

 

 

3) INFORMATIONS, REPORTAGES, DOCUMENTAIRES

 

La télévision regorge de chaînes d'informations en continu, de journaux télévisés, de reportages et documentaires. Cette section me permettra non pas de vous indiquer où en trouver mais plutôt de vous proposer ceux qui pour moi sortent du lot de par leur qualité.

 

Informations : Euronews et le zapping

 

En termes d'information en continu, mon choix se tourne vers la chaîne Euronews. Moins connue que BFMTV ou France Info, il faut monter jusqu'au canal 345 (pour les services Free) pour la trouver. La présentation est tout aussi claire que chez ses concurrentes, mais la chaîne se passe de présentateurs. Les émissions s'enchaînent, entre information en continu, interviews politiques de représentants ou dirigeants, reportages longs formats, etc. Mais surtout No Comment, une émission unique dans le paysage télévisuel, qui diffuse des rushs bruts en lien avec l'actualité et sans commentaires écrits ni oraux. Elle offre l'avantage de laisser le spectateur comprendre et juger lui-même d'un fait d'actualité.

En terme général, les informations de cette chaîne présentent moins de jugements de valeurs ou de partis pris frontaux. De plus, les informations sélectionnées sont plus globales, elles traitent de plus de régions, et pas seulement de la France, l'Europe, les États-Unis et le monde musulman comme il est souvent le cas dans les journaux télévisés. Le groupe Euronews est tenue en grande partie par le milliardaire libéraliste Naguib Sawiris et le groupe d'informations états-uniens NBC, et non pas par l’État français.

Récemment, la chaîne s'est dotée d'une version française et d'un journal avec présentateur. Les informations sont un peu plus centrées sur la France qu'auparavant, mais ils demeurent plus objectifs que ses concurrents.

 

Le zapping, dont la nouvelle version diffusée sur les chaînes France tv porte le nom de Vu, est un bon complément aux actualités. Présent depuis des années à la télévision, ce programme est un condensé de la télévision pour une période donnée. Il diffuse à la chaîne des extraits d'émissions sélectionnés, mais surtout montés de sorte qu'ils fassent sens et se répondent. C'est dans ce montage que réside tout l'intérêt du zapping, qui parvient à mettre en avant et dénoncer certaines absurdités des médias et de l'actualité.

 

Reportages et Documentaires : LCP et Arte

 

Dans cette dernière section il sera question de reportages et documentaires uniques, ainsi que d'autres diffusés sous forme de programmes récurrents.

A vrai dire, j'aurais envie de citer la plupart des émissions d'Arte. On ne peut être intéressé par tous les sujets proposés par la chaîne (personnellement, j'ai du mal à m'extasier devant un reportage animalier sur le concombre de mer, mais il n'y a pas de sous-reportage, n'est-ce pas ?), mais je pense que tout sujet est digne d'intérêt selon les personnes. Et cette chaîne met en avant depuis des années la culture, dans une démarche d'apprentissage quotidien. Toutefois ce ne serait pas très objectif de citer « tout Arte » dans un palmarès des émissions incontournables.

 

Un certain nombre de documentaires Arte ont été co-produit avec LCP. Ces deux chaînes proposent des contenus variés et de qualité, fondés sur un travail approfondi et recherché.

LCP a aussi ses émissions propres à elle, tel que Les dessous de la mondialisation qui montre les conséquences de la surproduction et de la surconsommation.

 

 

 

 

Mais vous l'aurez compris, il serait inutile de faire une liste de toutes les bonnes émissions que j'ai pu voir. A vous de vous baladez sur ces chaînes et de regarder ce qui vous plaît.

 

Cependant, certains pourront reprocher à Arte son élitisme culturel ou intellectuel. Certes, des programmes tels que 28mn, qui se présente comme une sorte de « 20h » approfondi sur des sujets précis, peut surprendre par la complexité de ses analyses et débats. Mais d'un autre côté, Les dessous des cartes est un format très pédagogique qui se rapproche d'un cours de géographie et donne les clefs pour une comprendre une situation géopolitique dans son ensemble. L'exemple de Tracks, cité plus haut dans la partie musique, illustre que Arte sait aussi proposer des émissions de culture « alternative », bien qu'elles passent à heure tardive.

 

 

 

 

 

Cette critique d'Arte me permettra de conclure sur la situation actuelle de la télévision. Si on pourrait les critiquer de proposer de la « haute culture », la « bonne culture », on ne peut pas non plus en demander trop à la télévision. On ne trouvera pas vraiment de culture alternative sur le petit écran, et surtout sur les chaînes de la TNT puisque cela demeure un média qui se doit de plaire au plus grand nombre, notamment à cause des exigences d'audimat.

Certes, la multiplication des chaînes a engendré une spécialisation des chaînes qui s'adressent à un public précis (enfants, amateurs de séries, amateurs de théâtre, etc) . Mais leurs créateurs ont vite réalisé que les exigences d'audimat nécessitaient de diversifier les programmes afin d'étendre la portée, ce qui limite la possibilité de trouver des contenus alternatifs.

On pourrait éventuellement trouver des cultures alternatives dans des chaînes moins connues, telle que Nolife, une chaîne centrée sur la culture geek et japonaise, et récemment disparue faute de financements.

 

En somme, la télévision est un média encore varié, qui va des émissions les plus populaires aux émissions très spécifiques qui passent à heure tardive. Le petit écran sera apprécié pour ses synthèses, pour des sujets traités de manière plutôt large la plupart du temps. En même temps, c'est ce qu'on demande à une forme de média audiovisuel, et c'est ce que peut nous offrir ce type de média. Qui souhaite des sujets approfondis de manière presque universitaire se tournera vers des livres et des articles. Qui veut intégrer des cultures alternatives se tournera vers l'Internet.

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Articles similaires

Please reload

© pour en parler autrement 2017

  • Twitter - Gris Cercle
  • G + - Gris Cercle
  • Facebook - Gris Cercle
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now